mardi 29 mars 2016

Actualité : le Mastère spécialisé ® CELSA entreprendre au Hacking de l'hôtel de ville de Paris



Le Mastère spécialisé ® CELSA entreprendre était partenaires du Hacking de l'hôtel de ville de Paris à travers la chaire du CELSA pour cette rencontre internationale de l'entrepreneuriat qui a eu lieu le 24 mars 2016.

Comptes-rendus des sessions, reportages journalistiques, analyse des tendances, portraits de créateurs de start-up : les étudiants du Master en journalisme, du Master Médias et management, du Master Médias et numérique et du Mastère Spécialisé ® CELSA Entreprendre ont accompagné cet événement de grande ampleur dédié à l'innovation et à la création d'entreprise.
Vous pouvez retrouver beaucoup d'informations grâce au Live Tweet mené lors de l'évènement sur Twitter via #HackingParis.

Conversation Stratégique du 18 février 2016 - Kristell Brizard - Indépendants et freelance du secteur de la communication.


Kristell Brizard a su nous plonger, l’espace de son intervention, dans le monde en mouvement des indépendants et freelance du secteur de la communication.
Sa réflexion se situe au croisement de l’essor du digital, de l’économie collaborative et de la mise à mal du business-model de l’agence classique ; elle s’appuie pour cela sur son son expérience personnelle et sur ses travaux de recherche menés dans le cadre du MS Entreprendre (Promotion 2014).
Des innovations organisationnelles et sociales sont à inventer et à mettre en œuvre pour travailler mieux demain dans la communication. Kristell fait le pari que la manière de travailler la plus opérante sera la pérennisation de collaborations entre professionnels indépendants (exerçant potentiellement des métiers très différents), sans recréer de subordination ou d’association.

La freelancisation de l’économie serait en marche : aux États-Unis, un travailleur sur trois exerce déjà une activité indépendante. En France, le chiffre est de seulement un sur dix, mais dans le secteur de la communication, il est d’un sur cinq.

En arrière-plan, plusieurs raisons vont pousser les indépendants du secteur à travailler de plus en plus de la sorte :

-    Les « indépendants » par statut sont en réalité de plus en plus dépendants économiquement des clients, en raison de la concurrence accrue : le statut de « travailleur autonome » est à inventer ;
-    Le sentiment d’insécurité de l’emploi chez les salariés rattrape celui des indépendants ;
-    Le numérique a accentué la division du travail et multiplié le panel des compétences à maîtriser pour satisfaire un client, souhaitant appréhender une complexité nouvelle des outils de communication.
La naissance d’UX Designer est symptomatique de ces changements vers une pensée plus décloisonnée et une organisation plus transversale et horizontale du travail.
Cependant, cette mise en œuvre est a priori loin d’être aisée. Plusieurs explications à cela :
-    La multiplicité diversité des statuts juridiques des indépendants ;
-    La concurrence et la compétition sont inhérentes à l’activité du secteur, au sein des agences voire entre communicants ;
-    L’hétérogénéité des profils et des corps de métier ;
-    La difficulté à agir en dehors d’un cadre prédéfini : pas d’engagement à la réciprocité, pas de règles de régulation ni de responsabilité unique en cas de cotraitance, …

Pour les dépasser, Kristell invoque un retour à l’adhocratie entrepreneuriale des débuts de l’agence et la mise en place d’affectio collaboratis entre indépendants.
C’est d’ailleurs ce que cette entrepreneure souhaite mettre en pratique via un projet d’agence collaborative fédérant des indépendants de plusieurs métiers de la communication, adossé à un espace de coworking.
Consultante en communication éditoriale et marketing de contenu, Kristell Brizard est également intervenante en Social Media à l’ECS Paris (European Communication School).

Emilie Hourlier

Conversation Stratégique du 25 février 2016 - Alban Martin - Comprendre les medias sociaux et les communautés en ligne

 Alban Martin, directeur du marketing digital du Groupe Orange


Les 25 et 26 fevrier 2016, nous avons eu le plaisir de recevoir Alban Martin, directeur du marketing digital du Groupe Orange pour une conversation stratégique (et passionnante !) intitulée “Comprendre les medias sociaux et les communautés en ligne”

---Les réseaux sociaux ayant détrôné les médias traditionnels, il s'agit de comprendre comment donner une place aux communautés en ligne dans nos projets.


LE DESIGN D’INTERACTIONS SOCIALES : RESSORTS ET MÉCANISMES D’UN SERVICE COMMUNAUTAIRE
Les réseaux sociaux obéissent à une logique propre : la croissance d’un réseau se fait d’abord sur un espace géographique et thématique. Les services communautaires naviguent d’un objet social à une autre : le lien social est créé via le centre d’intérêt et le contenu.

5 règles pour bâtir un service communautaire
1- Commencez par définir votre objet social
2- Choisissez bien vos formulations
3- Rendez les objets partageables facilement
4- Faire de l’invitation un vrai cadeau, créer des externalités positives
5- Ne pas faire payer l’utilisateur final

COMPREHENSION DU BOUCHE A OREILLE SPONTANÉE
Il s’agit d'une part, de comprendre où sont les prises de parole dans notre secteur et d'autre part, de les analyser par pertinence et par date pour definir quand et comment faire une campagne de bouche à oreille réussie.

---Qui sont les leadership d’opinion ? Qui sont les communautés ? Comment les contacter ?
Après avoir analysé les grandes tendances, il est nécessaire de faire une synthèse de toutes les informations récoltées pour produire une problématique, fixer des objectifs cohérents avec le message à faire passer et les valeurs à communiquer et construire enfin, une strategie de communication et un plan Media.


Billet rédigé par Clementine Dramani-Issifou, 



Mastère Spécialisé Entreprendre du Celsa Promotion 2016.

lundi 19 octobre 2015

Conversation Stratégique du 22 septembre 2015 - Nicolas Buttin - Entreprendre proprement et penser autrement



Nous remercions Nicolas Buttin de nous avoir initié au "Design Thinking" et à l'économie circulaire, de nouvelles approches de management propices à l’innovation, à l’épanouissement interentreprises, à la créativité individuelle et de groupe et favorisant le respect de l’environnement.



Le  "Design Thinking" correspond à un ensemble d’espaces qui s’entrecroisent plutôt qu’à un process linéaire avec un début et une fin.

L'économie circulaire incite à faire disparaitre la notion de déchets dans une démarche éco-systémique et globale qui s'inspire de la nature et sa formidable résilience.

Après une large présentation, nous nous engageons dans quelques exercices pratiques avec un des « business games » (http://circulab.eu/) proposés par l’agence Wiithaa, spécialisée dans le design d’économies vertueuses.

Ces initiatives durables et intelligentes s’imposent aujourd’hui naturellement dans le monde des start-up.

Nicolas Buttin est co-fondateur de l’agence Wiithaa. Il est également intervenant au sein de grandes écoles (le CELSA, Science Po Paris, l’école Boulle, l’école de design de Nantes et la d.school, l'école de Design Thinking) dans ces disciplines.

Enfin, Nicolas est co-auteur du livre « Activer l’économie circulaire: comment réconcilier l'économie et la nature » (préface de Corinne Lepage) aux éditions Eyrolles, dont la sortie est prévue pour fin novembre, juste avant la COP21.



http://wiithaa.com/

Henri Fréchon






lundi 14 septembre 2015

Conversation Stratégique du 5 juin 2015 - Akli Bekka - la reprise d'entreprise

Entretien avec Akli Bekka : la reprise d'entreprise


Akli Bekka est professeur dédié aux métiers des services dans l’immobilier à l’université de Marne La Vallée, ancien élève de l’Essec, il est à présent le Directeur associé de Facilitis – Entreprise de conseil.


Il a abordé lors de sa conférence la reprise d’une entreprise, les craintes qu’elle peut engendrer et le dépassement de soi indispensable. Il a partagé avec nous son  expérience de reprise de l’entreprise Facilitis.
Akli Bekka a rencontré l’entreprise Facilitis en 2009 et a travaillé pour elle en tant que consultant pendant une année avant d’être recruté en tant que Directeur de l’activité Conseil.

Gravement malade, il a dû s’arrêter pendant 6 mois.  A son retour, l’activité avait périclité, les tensions étaient au sommet et les gérants de l’entreprise stressés par la situation difficile n’avaient pas pris les bonnes décisions, ou sans doute avaient ils tardé à en prendre.  Facilitis était au bord du dépôt de bilan. Les gérants tentaient de vendre l’entreprise aux concurrents.  Akli Bekka a alors réfléchi à la possibilité de reprendre cette entreprise.  Malgré les difficultés, le chiffre d’affaires était en croissance.


Les discussions devenaient de plus en plus complexes, la saisie du dossier par les banques et la décision par la BPI de suspendre son accompagnement ont permis à Akli Bekka de proposer en urgence une dilution du capital et de devenir le nouveau gérant de l’entreprise.  Les deux gérants fondateurs sont devenus pour l’un salarié et pour l’autre sous-traitant de l’entreprise. Ils ont été accompagnés (filet de secours) dans la création de leur structure

Dans un cas de reprise d’une agence de conseil, il faut protéger les intérêts des sortants pour éviter le départ de ceux-ci avec la clientèle tout en veillant à ses propres intérêts et en mesurant les risques pris. L’entreprise est redevenue aujourd’hui bénéficiaire et l’une des références du secteur.

 Dans ce cas, le défi de l’entrepreneur est d’arriver à vivre avec une peur permanente de l’échec, avec le doute de ne pas faire mieux faire que les anciens gérants dans un contexte de reprise d’entreprise.

Akli Bekka s’est fait aider par un coach pour gérer la peur de l’échec social, la perte des fonds propres.  Ce type de coaching apprend à l’entrepreneur à avancer sans filet et à affronter ses craintes. La peur de l’échec social est décuplée pour le gérant. En effet, il sera le seul responsable de la faillite éventuelle.  Pour gérer cette période, Akli Bekka a dû mettre une distance entre lui et ceux qui étaient proches de l’entreprise car leur façon de voir avait été déformée par les difficultés de celle-ci.  Reprendre une entreprise de conseil nécessite d’être conscient de ce qu’on pourrait apporter à l’entreprise en question pour lui permettre de rebondir ou d’aller plus haut.


En fin de séance, Akli Bekka a abordé le cas de la perversion narcissique de l'un des managers d'une équipe,  qui peut, s’il n’est pas détecté, détruire aussi bien les salariés que l’entreprise. Il veille désormais à appliquer des techniques simples de management pour créer une ambiance de bien-être dans son entreprise tout en responsabilisant l’ensemble des salariés. L’espace de responsabilité de chacun, une fois bien défini, devient le point de départ à la formation des hommes clé de demain.
Une erreur est survenue dans ce gadget