dimanche 18 août 2013

Le Mastère Celsa entreprendre a participé au dernier colloque pro’créa pour le support aux entrepreneurs.


Jean-Christophe Pic, co-directeur du mastère Celsa entreprendre, en tant qu’expert, a eu la responsabilité d’animer l’atelier sur le business plan, et les recherches de financement pour les entrepreneurs.
Le congrés pro'créa de Montpellier est le plus grand rassemblement en France des structures de soutien aux entrepreneurs. Il réunit un ensemble d'acteurs des réseaux d'accompagnement aux entrepreneurs. Ce colloque permet ainsi d'apporter de nouvelles visions efficaces de l'accompagnement réussi.

Le thème de cette année, portait sur « Faut-il brûler le Business plan ?», un sujet particulièrement sensible autant pour les entrepreneurs, que pour ceux qui les accompagnent :




En effet, on reproche au business plan plusieurs défauts et contraintes : 
Il constitue un travail lourd et laborieux
Il mobilise trop de temps alors que l’entrepreneur a d’autres urgences en recherche de marché, clients, technologies, partenaires et collaborateurs,…
- Il peut réduire la capacité de créativité et d’imagination, si on suit une démarche trop rigide
- Il oblige à fixer des prévisions, qui ont le sait ne se réaliseront pas forcément -  le document est il réellement consulté ? ou ne constitue t il pas un passage obligé pour le principe ?
mal compris, le business plan, va être utilisé pour privilégier plutôt la forme que le fond, en utilisant des codes bien attendus sur la description de l’équipe, du produit, du client, tout en ne montrant pas sur le fond, la pertinence du projet.

Ces critiques reviennent souvent et ne sont pas infondées, alors que la rédaction d’un business plan, doit être ressentie comme un soutien et non comme une contrainte pour l’entrepreneur ; mais le business plan comme tout outil, n’est pertinent qu’à la condition qu’il soit bien utilisé et au bon moment.

Pour l’intérêt de l’entrepreneur, le Business plan doit ainsi être utilisé pour permettre de poser les choses, à un moment donné. Ceci doit se faire avec à la fois beaucoup de rigueur et d’ouverture d’esprit, afin d’identifier clairement la  proposition de valeur de son projet et de mettre à plat son potentiel de faisabilité. Il doit établir la  présence d’une opportunité, montrer les stratégies pressenties pour la capter, et la maintenir dans le temps.

Le Business plan doit aussi être utilisé au bon moment ! c’est l’entrepreneur qui trouve les bonnes idées, ce n’est pas le Business plan en lui-même. Il faut d’abord avoir recourir aux démarches de créativité, d’interprétation, d’observation, d’imitation, et d’imaginer ce qui serait possible avec les ressources disponibles ou à conquérir….. On parle maintenant des concepts d’effectuation, pour expliquer les premières démarches nécessaires de l’entrepreneur ? et du recours au design thinking  pour construire son projet.  Le business plan arrive ensuite !

Le Business plan doit ainsi permettre de faire le point à un moment donné sur son idée, c’est une étape, pour fournir un cadre de présentation qui permettra de montrer un projet cohérent et pertinent à se interlocuteurs. Ce n’est pas le business plan qui fait l’entrepreneur, mais c’est bien le business plan qui doit aider l’entrepreneur à réfléchir, pour construire son projet et lui permettre de trouver des financements en conséquence.
http://procrea-lecongres.blogspot.fr/p/edition-2013.html

Une erreur est survenue dans ce gadget