samedi 31 mai 2014

Conversation stratégique du 21 mai 2014 - Innovation technologique par le professeur Magill de l'INSEAD, avec Bill Magill

Intervention du mercredi 21 mai - Bill Magill - Director of Science Entrepreneurship Initiative à l’Insead - Developing a new technology venture

Le professeur Magill de l'Insead est intervenu au sein du MS Celsa entreprendre, le 21 mai, pour présenter les conditions et les méthodes spécifiques à l'entrepreneuriat technologique.

L'entrepreneuriat n'est pas un processus linéaire mais un processus itératif continu de retour en arrière à tout moment de la démarche d'innovation, depuis la phase d'invention jusqu'au recherche d'extension de la taille critique linéaire (Inside Real Innovation, Eugene Fitzgerald, Andreas Wankerl et Carl Schramm).
Dans le cas où vous souhaitiez une description imagée de ce principe, consultez la vidéo originale Building a church from scratch :

church from scratch

La propriété intellectuelle et le capital immatériel font l'objet d'une stratégie à part entière. En effet, avec l'arrivée de la troisième révolution industrielle, la guerre de brevets est devenue une réalité du paysage économique (1000 affaires US IP en 1991 pour 5000 en 2012) que les affaires judiciaires de ces derniers temps opposant Apple et Samsung illustrent parfaitement. En effet, avec les années, le domaine de la P.I. se complexifie et se perfectionne. Par exemple, si vous voulez aujourd'hui déposer un brevet, vous pouvez utiliser différentes formats d'exploitation : en anglais provisional patent (1) - traité rapidement et à bas coût, pour un droit d'exploitation limité, non provisional patent (2) - examiné complètement, avec un droit d'exploitation de longue durée (>10 ans) - continuation patent (3) - choix de suspendre l'invention pour pouvoir la modifier au fur et à mesure -  divisional patent (4) - choix de suspendre l'invention pour se diriger vers un produit différent - ou enfin design patent (5), dépôt sur la base d'une illustration ou d'un dessin. Mener une bonne politique de P.I suppose donc de s'attarder sur le nombre de brevets à déposer et de pays à couvrir. Tout en gardant bien à l'esprit que rien n'est 100% sécurisé et qu'à tout moment une plainte peut contraindre votre stratégie. A prévoir aussi, les coûts d'entretien du brevet, allant de 6000 à 20000$ pour le dépôt, à environ 10000$ pour la maintenance et environ 100000$ pour les frais juridiques.
Deuxièmement, une conception de produit/service dite aboutie suppose une approche de retour en arrière permanente. L'importance du prototypage fractionné, des test alpha, beta version, et surtout du retour-client doit faire l'objet d'un investissement à part entière. Il est fortement déconseillé de passer de l'étude de faisabilité au produit fini sans avoir véritablement confronté le produit à son environnement.

La compréhension du marché-cible suppose ensuite de s'interroger sur la proposition de valeur, c'est à dire sur ce que le produit/service apporte de plus que les "coûts d'opportunité", soit le prix physique ou financier à exploiter la solution en question plutôt qu'une autre. De bien cerner également les conditions d'interaction entre le client et le produit/services ainsi que les partenaires qui vont compter dans vos démarches de préparation et de lancement. La bonne connaissance de ces trois aspects conduit naturellement le porteur de projet vers la conception de son marketing mix (produit, prix, communication, distribution). Il est alors armé pour franchir le Chasm ou gouffre séparant les early adopters des early majority, de la théorie désormais célèbre du chercheur en marketing Geoffrey A. Moore (Crossing the Chasm 1991).

La recherche de fond, quatrièmement, peut s'exercer à différents stades du projets : entre la phase de conceptualisation et de prototypage, la tendance chez les entrepreneurs sera de partir à la recherche de Business Angels (BPI, ERC, CrowdCube, INSEAD GAIN) ou de Venture Capital (Seventure, XAnge, ARCH) pour des montants allant de 100k€ à 1m€. La phase de croissance sera le moment de lever des fonds chez les Vezzanines Funds ou les Venture Debt (1m€<F<20m€). Notons que le temps du processus d'apport est souvent sous-estimé. La contractualisation entre une start-up et un investisseurs comprend de nombreuses étapes (réunions, visites, documents). Parmi ces étapes, la phase d'évaluation pouvant varier selon la qualité de l'équipe, les prévisions, l'emplacement géographique, le produit/service et le marché. Autres méthodes purement financière : les méthodes des comparables (ratios financiers), du Venture Capital Method et enfin du Discounted Cash Flow.
Merci donc au Professeur Magill pour son intervention sur les étapes du cycle de création d'entreprise.

Henry de Chanterac – Promotion MS Celsa entreprendre 2014
Une erreur est survenue dans ce gadget