jeudi 7 juillet 2016

Conversation stratégique du 03 juin 2016 – Albert Asseraf – Directeur Général Stratégie, Etudes et Marketing de JCDecaux France


C’est un discours sans langue de bois et très inspirant que nous a tenu Albert Asseraf sur les défis qu’il relève au quotidien dans le cadre de ses fonctions.

Dans sa manière de nous retracer la sucess story de JC Decaux, groupe familial réalisant aujourd’hui plus de 3 milliards d’€ de CA et employant près de 13 000 salariés dans le monde, Albert Asseraf vise juste et parle à l’entrepreneur en chacun de nous.



Tout d’abord, en nous expliquant comment un concept simple est devenu un business model décliné dans 80 pays : mettre gratuitement à disposition des villes des produits et services utiles, en particulier du mobilier urbain en le finançant par la publicité.

C’est ainsi qu’est né « l’Abribus » (nom déposé) en 1964 à Lyon sur les bords de la Saône. De nombreuses déclinaisons de mobiliers sont également apparues au fil des décennies avec une dimension servicielle plus ou moins importante, jusqu’au lancement du Vélo’v à Lyon en 2005 et du Vélib’ à Paris en 2007.

Albert Asseraf insiste ensuite sur la bataille quotidienne à mener pour faire vivre son idée. Se lancer en tant qu’entrepreneur c’est gagner en liberté ce qu’on perd en soutien quand on se trouve dans une grande structure. C’est surtout être suffisamment déterminé pour expliquer et convaincre de sa vision et faire en sorte que les situations rencontrées tournent à notre avantage.

C’est également savoir se réinventer et se dépasser au quotidien, comme ils ont su le faire par exemple, nous raconte-t-il, lors de l’Appel d’Offre de la Ville de Paris pour lancer Vélib’.

Son air très calme ne nous empêche à aucun moment de ressentir avec quelle ardeur et quel entrain il s’emploie à faire vivre l’excellence et l’innovation d’aujourd’hui et de demain chez JCDecaux.


Une erreur est survenue dans ce gadget